Tournée de l’Amérique du Sud

FAITS SAILLANTS PAT

Le projet est présentement mandaté à implanter 17 projets en Amérique latine. Nos IAT (initiatives d’assistance technique), sont basées sur des critères très spécifiques demandés par les entités gouvernementales nationales (EGN) pour un soutien technique dans leur pays. De plus, Alinea International, une entreprise de Calgary qui met en œuvre le PAT, aide également à gérer l’impact environnemental de nos initiatives, en soutenant l’élaboration d’un calculateur d’émissions de carbone et de compensation de carbone du PAT, ainsi que l’élaboration d’une directive et d’une liste de contrôle sur les voyages et les réunions durables du PAT. Consciente de l’impact des voyages sur l’environnement, je me réjouis de la manière dont nous appliquons consciemment nos principes. Plus d’informations sur l’action climatique PAT ici.

 

2e entrée - Bogotá – L’établissement de relations PAT

Bon nombre des personnes que j’ai rencontrées en Colombie travaillent dans le domaine du développement international depuis de nombreuses années et possèdent une expérience très vaste et approfondie, sont bien connectées et aiment vraiment travailler dans les pays latinos américains.  Plusieurs sont des employés locaux; et des individus qui travaillent pour des organismes de services d’appui aux opérations sur le terrain (SAOT).

Nous avons eu une occasion de rencontrer l’ambassadrice du Canada en Colombie, son Excellence Marianick Tremblay, qui a révélé qu’elle avait contribué à la conceptualisation du PAT-MDE.  Notre directeur de projet, Chris a pu ainsi présenter une brève mise à jour de l’implantation du projet. Et j’ai eu la chance de dire dire bonjour à cette accueillante et chaleureuse Canadienne lors d’un passage à l’ambassade.

Réunions PAT à Bogota – Une des raisons pour ce voyage étaient de tenir des rencontres avec les deux partenaires gouvernementaux colombiens qui avaient présentés leurs projets auprès des Affaires mondiales Canada dans le cadre d’un appel de propositions d’assistance technique. Un en particulier touche un projet intitulé: « Améliorer l’analyse des données des migrants et des réfugiés en Colombie, » avec le Departamento Nacional de Planeación (DNP). Cette agence gouvernementale a récemment développé un observatoire des migrations avec l’aide de la Banque mondiale (Info ici – en espagnol).

Grâce à  l’aide du Canada et du projet PAT, le DNP espère développer un système d’analyse de données détaillé afin de soutenir une meilleure prise de décision pour leur programme de migration. En raison des récents changements de gouvernement en Colombie, il était important de discuter et de confirmer les besoins spécifiques de l’initiative. Cette réunion en personne avec l’équipe du DNP, nous a aidé à mieux définir le profil du projet, utilisé pour recruter les experts canadiens.

Avec mon espagnol plutôt limité, j’ai trouvé difficile de suivre tous les détails techniques de nos discussions. Ce qu’il est important de retenir est le contexte de la migration en Colombie qui est très complexe – comment le nouveau gouvernement a adopté une approche plus inclusive pour accueillir et soutenir les migrants, principalement en provenance du Venezuela, mais aussi qu’il y a des défis provenant d’autres régions, car de nombreux pays voisins imposent des visas pour limiter l’entrée dans leur pays.

Entre janvier et septembre 2022, plus de 150 000 personnes sont passées de la Colombie au Panama par la brèche du Darién. Sur ce nombre, 71 % étaient des Vénézuéliens. Environ 14 500 étaient des enfants. (Source:  – anglais seulement).

Les besoins humanitaires sont immenses : abris, protection, santé, éducation, garde d’enfants, recherche d’un emploi ou d’une formation. Outre les problèmes socio-économiques, les risques climatiques, comme l’augmentation des précipitations et les coulées de boue, constituent des facteurs aggravants. Le DNP cherche à mieux collecter, analyser et diffuser ses données pour améliorer la planification des politiques et la prise de décision.

La ville de Bogota.

Entrée 1 - Introduction

Par Gabrielle Lepage

N.B. Mes publications n’engagent que moi et ne représentent pas le point de vue d’une autre partie quelconque.

Holà ! Salut 👋 ! Bonjour !

En tant que nouvelle gestionnaire des communications et de l’engagement du public pour l’équipe et les initiatives du projet Partenariat d’assistance technique (PAT), j’ai été inspirée de m’attarder à un blogue pour cette tournée sud-américaine avec deux de mes collègues ; et quelle meilleure façon de partager ce qu’est le projet du PAT que par ce voyage.

Par la même occasion, il s’agit de mettre en valeur l’excellent travail des nombreux spécialistes canadiens qui participent en ce moment auprès de plus de 40 projets dans le monde, dans plus de 32 pays. {Plus d’informations sur les pays éligibles au programme – ODD eligible countries}.

En tant que nouveau membre de l’équipe Alinea International et du ” monde du développement,” c’est l’occasion pour moi d’explorer et de vivre ce travail avec des yeux et des oreilles neufs. Avec moi, nous pourrons nous évader dans une aventure unique sur la coopération internationale et des initiatives canadiennes particulières. Je vous présenterai un aperçu de la manière dont Alinea International déploie les spécialistes canadiens, mais surtout, pour ce voyage, comment un projet est initié, le travail de définition des projets et l’évaluation des besoins dans les pays respectifs.

Un peu sur moi. Je découvre rapidement que le développement international est très étroitement lié au travail des ONG canadiennes, où j’ai travaillé au cours des 20 dernières années, principalement dans le domaine du développement communautaire, notamment dans la communauté francophone. L’aspect, la sensation, l’approche sont les mêmes. Les deux secteurs comprennent des personnes passionnées qui s’efforcent de faire une différence dans leurs mondes respectifs. La communauté est la clé et un élément fondamental dans les deux cas pour établir des relations et des capacités. Bien sûr, il existe de grandes différences lorsqu’on travaille ou met en œuvre des projets à l’étranger. Mais j’y reviendrai plus tard… {Bio Gabrielle}

La réalité,  et les approches sont sensiblement les mêmes. Les deux secteurs comprennent des personnes passionnées qui s’efforcent de faire une différence dans leurs mondes respectifs. La communauté est la clé et un élément fondamental dans les deux cas. Bien sûr, il existe de grandes différences lorsqu’on travaille ou met en œuvre des projets à l’étranger. Mais j’y reviendrai plus tard… Ce blogue me donne l’occasion de partager mes moments d’apprentissages, mes expériences personnelles, certains des défis que j’ai observés, mes premières impressions et, en cours de route, de vous donner un aperçu de notre initiative TAP-EDM en Amérique latine.

C’est parti – vamanos! Je voyage avec deux collègues de TAP, Alexandra Reano  (gestionnaire des projets PAT en amérique latine), Christopher Yeomans (directeur de projet) et notre chef d’équipe du projet Affaires mondiales Canada   (PTL), et bailleur de fonds, Minh-Tien Nguyen. Consultez leurs contacts LinkedIn pour plus d’informations ! Chris et Alex sont partis quelques jours avant moi et ont commencé leur visite de Quito, en Équateur – préparant le travail initial sur une nouvelle initiative soutenant un mécanisme de dialogue durable avec les communautés authoctones de l’Équateur.

En cours de route, je partagerai quelques termes… le jargon du PAT ainsi que les “Faits saillants du PAT“. Comme vous avez peut-être remarqué, ce projet comporte un nombre extrêmement élevé d’acronymes. Consultez notre Glossaire PAT ici.

À plus !  Saludos todas y todos !

Ma collègue Alex.